Ecriture pour le clown : la dramaturgie de l'exploit
Dates: du 17 au 24 avril 2023 - arrivée le 16 fin d'après midi et départ le 24 en fin d'après midi


Lieu du stage: Aux 2 étangs – La maison du clown, 140 route de godewaersvelde, 59114 Steenvoorde.


Prérequis :
Ce stage est la continuité du travail mené au sein des stages « Le clown, un joueur au présent », et « Du corps sensible au corps joueur du clown ».
Il s'adresse donc aux personnes ayant suivi ces stages, ainsi qu'aux personnes ayant suivi un stage d'émergence avec Eric Blouet, Francis Farizon, Carole Tallec et Elodie Tuquet.


Coût du stage : 650€ + 5€ d’adhésion à la cie Les cogne-trottoirs
Ce prix comporte le coût pédagogique, l’hébergement et les repas midi/soir


Renseignements et inscriptions : slyvebernard@gmail.com – 06 52 02 41 47


Objectifs pédagogiques
- apprendre à développer un exploit pour le clown
- envisager l'écriture comme un tremplin pour le clown
- préparation physique des joueuses et joueurs
- se mettre au service du clown, et non de l’écriture


Contenu
Nous utiliserons les mêmes outils d'expression des joueuses et joueurs, à savoir le corps, la voix, le mot. La respiration et l'énergie seront notre point d'orgue pour écrire un jeu d'expression et non un jeu de situation.
Nous explorerons la dramaturgie de l'exploit :
A partir de l'outil « défi », nous placerons le clown dans un propos au service d'un objectif final = l'exploit. Les résonances et les retours au présent tendront le fil de l'exploit, et offriront encore un espace de liberté et d'expression pour le clown.
L'exploit peut être vu comme une flèche, en ce sens qu'il pose un défi et tout ce qui peut se jouer avant pour l'accomplir.
Il s'agira de développer une partition de scènes énergétiques et émotionnelles.
Ce stage est à prendre comme un livre qu'on ouvre sur une nouvelle page, une exploration à vivre. L’objectif n’est pas d'élaborer un numéro. C’est une piste ouverte vers une écriture, un champ de possibles pour le clown. Il existe bien d'autres façons d'écrire pour lui. Ces pistes sont celles que j'ai exploré pour écrire mes deux solos.
Il n’y a pas besoin de venir avec des idées d'exploits, ils seront trouvés sur place.



Du corps sensible au corps joueur du clown
Dates: du 21 mars au 1er avril 2023 - arrivée le 20 fin d’après midi, et départ le 2


Lieu du stage: La Machine à coude, lieu dit la vacherie, 86400 Voulême


Prérequis: aucun, sauf l'envie de jouer. Ouvert à toutes et tous, débutant.e.s comme confirmé.e.s


Coût du stage: stage AFDAS - contacter la Machine à coude pour les tarifs


Renseignements et inscriptions: lamachineacoude@gmail.com - 07 82 80 53 19


Contenu
Le clown vogue sur le vivant de sa chair sans chercher à en comprendre le sens. Il vit pleinement ses jeux, sans aucune autre volonté que celle du plaisir, du vibrant. Il atteint ce que Marc Vella appelle le « festin de la vie », cet endroit où tout ne fait qu'un et où ni le temps ni l'espace n'ont d'autres repères que la musique de la vie. Cette musique en fait un être anarchique qui navigue au gré des mouvements de sa sensibilité, et qui, dans cet envol, se surprend constamment.


Nous aborderons le clown comme un voyageur, un « glaneur de sensations », un monstre d'énergies au cœur du présent.


Mais il n'y pas d'envol sans assises, sans une écoute de soi subtile.
C'est pourquoi nous utiliserons le do in (= pratique du shiatsu sur soi) pour enclencher un réel dialogue entre le clown et son corps, et tenter par là d'être en symbiose avec les mouvements d'énergies qui le traversent. Par le do in, nous plongerons dans le corps sensible du clown.


Shiatsu signifie, en japonais, « pression avec les pouces ».
Le shiatsu tire ses racines de la Médecine Traditionnelle Chinoise et peut s'apparenter, pour faire simple, à de l'acupuncture avec les doigts.
Le do-in est l'art du shiatsu sur soi.
Par un toucher conscient des méridiens énergétiques, il dégage la libre circulation de l'énergie, stimule la vie des organes, fortifie toutes les fonctions et les harmonise. Par cette pratique nous allons reprendre contact avec notre propre corps. Chaque centimètre carré de peau sera touché, étiré, pressé, respiré, ressenti. À partir de là, toute information extérieure ne sera plus seulement reçue par le cerveau ou le cœur au niveau intellectuel ou émotionnel mais par tout le corps dans ses moindres cellules. Le do-in est une technique d'éveil individuel. Grâce à lui nous allons être détendus, reliés et totalement à notre vraie place avec une connaissance intuitive de tout ce qui est nécessaire. extraits de « L'art du Do-In », de Jean Rofidal


Il s'agira alors de passer du corps sensible au corps joueur, d'embrasser ce grand OUI du clown, pour qui tout est jeu, de s'offrir l'envol du bouillon de vie qui le traverse, pour laisser éclore la fantaisie et la poésie sans la chercher.
Inspirée notamment par les enseignements d'Eric Blouet, nous déploierons ce OUI par un travail sur les énergies et leur résonances, et nous libérerons l'état créatif du clown grâce à une boîte à outils d'expressions (danse, chant, revendication, confession, écriture automatique...).
Les journées commenceront par une exploration de l'art du do-in avec Julia Kaczynska, et se poursuivront à mes côtés pour l'éclosion des joueurs, autour d' exercices en groupe, en duo, et des passages solos en improvisation.


Ce qui sous tend ma pédagogie est la recherche de l'autonomie du joueur : ouvrir ses consciences pour lui permettre à la fois d'être libre dans son improvisation, mais aussi d'en connaître les chemins d'accès. Autrement dit, une conscience du présent qui le traverse, et une conscience sur ce qu'il trace au présent ; une première porte pour ouvrir des dramaturgies d'écriture. Le do in suit aussi cette philosophie, il est pour moi le partenaire idéal pour préparer les joueurs à l'état du clown.


Laboratoire de création : le clown et la performance
Dates: du 13 au 20 juin 2023 - arrivée le 12 en fin d'après midi et départ le 20 en fin d'après midi


lieu du stage: Point de fuite, 8 hameau les amants, 89770 Boeurs en Othe


Prérequis : ce laboratoire de création s’adresse à toute personne ayant une pratique du clown (stages suivis et/ou expérience scénique). Vous pouvez avoir suivi d’autres stages que les miens pour venir à ce labo.


Coût du stage : 650€ tout compris (hébergement, coût pédagogique, repas midi/soir) + 5€ d’adhésion à la cie Les cogne-trottoirs


Renseignements et inscriptions : envoyer votre parcours + quelques lignes sur l’envie que vous souhaitez explorer dans ce labo à slyvebernard@gmail.com. Vous sera adressée ensuite une fiche d’inscription.


Clôture des inscriptions : 15 avril 2023 – 10 participant.e.s maximum


Contenu
La performance :

Vient de l’anglais « to perform », dont la traduction littérale est « interpréter ». Elle se comprend donc comme une manière particulière de (se) mettre en scène.
Elle se construit en réalisant une idée par un geste artistique, qui bien souvent mêle plusieurs disciplines. Historiquement, la performance a toujours eu pour but de mettre en scène une forme d’expérimentation, d’ouvrir de nouveaux champs de recherche, de transgresser la norme et d’engager le spectateur dans le processus.
La performance implique 4 éléments fondamentaux : le temps, l’espace, le corps et la relation entre le créateur et son public.


Le clown en performance :

Envisager le clown.e dans une performance pour moi, c’est lui donner l’opportunité de révéler son humanité à travers un geste. Ce geste est à entendre de façon large, en ce sens que la performance pourra s’articuler autour d’un geste unique, ou de plusieurs gestes au service d’une obsession. De même, ce geste pourra être physique, verbal, musical.
Selon les créateur.ices que vous êtes, votre écriture s’articulera autour de rendez-vous, ou sera pure improvisation au service d’une obsession.
Dans tous les cas, la performance offrira au clown.e un espace pour un jeu d’expression, et non de situation. Avec elle, le clown.e vit une expérience, et s’offre éventuellement une transformation.
Nous mettrons ce(s) geste(s) au service du clown.e, en ce sens que c’est avant tout son corps, sa présence, son authenticité qui fera lien avec le public. Ainsi, nous n’exigerons pas forcément d’engager le public dans le processus de la performance. Selon votre création, le public sera acteur ou spectateur. C’est un pas de côté par rapport à la performance, mais cela est cohérent avec mon point d’orgue : mettre les clown.e.s au centre de la performance, et créer le lien avec le public par sa présence.
Cette performance sera limitée dans le temps : 10 à 15 minutes maximum.
Nous nous attacherons à limiter l’espace scénique en deçà du standard 5m par 5m, si le clown.e est face au public dans sa performance. Si cette performance est déambulatoire, l’espace pourra être plus vaste. Le lieu Point de fuite est particulièrement propice à cette recherche, car nous aurons à disposition plusieurs espaces de jeu, intérieur et extérieur.
Ces performances peuvent être pour un ou deux clown.e.s.
A l’issue de la semaine nous inviterons du public une soirée performative.


Mon approche pédagogique :

Il n’est pas obligatoire d’arriver avec un geste performatif en tête, puisque l’objet de ce laboratoire est de le créer.
Par contre, vous devez arriver avec une envie : un thème qui vous est cher, un poème à explorer, un exploit à expérimenter…, bref quelque chose qui sera l’objet ou le point de départ pour la création de votre performance. Toute inscription nécessitera au préalable que vous m’envoyiez quelques lignes sur cette envie.
Mon axe pédagogique est le même que dans mes autres stages : un travail sur les énergies, les résonances, le point d’orgue de la respiration pour toucher au vivant du présent, le corps comme stratège de votre dramaturgie.
Le laboratoire s’articulera autour de :
- temps collectifs pour renouer avec l’état du clown.e 
- temps de travail en binôme pour : aiguiser votre regard d’observateur.ice, croiser vos univers et tisser ensemble autour de votre envie
- temps de travail individuel à mes côtés pour explorer votre performance


Ecriture pour le clown : la dramaturgie du propos
Dates: du 16 au 23 septembre 2023 - arrivée le 15 fin d'après midi et départ le 24 midi


Lieu du stage: Cirque en cavale, étang de Quenehem, 62470 Calonne-Ricouart


Prérequis :
Ce stage est la continuité du travail mené au sein des stages « Le clown, un joueur au présent », et « Du corps sensible au corps joueur du clown ».
Il s'adresse donc aux personnes ayant suivi ces stages, ainsi qu'aux personnes ayant suivi un stage d'émergence avec Eric Blouet, Francis Farizon, Carole Tallec et Elodie Tuquet.


Coût du stage : 650€ + 5€ d’adhésion à la cie Les cogne-trottoirs
Ce prix comporte le coût pédagogique, l’hébergement et les repas midi/soir


Renseignements et inscriptions : slyvebernard@gmail.com – 06 52 02 41 47


Objectifs pédagogiques
- apprendre à développer un propos pour le clown, en étaillant sa dramaturgie et son intrigue.
- envisager l'écriture comme un tremplin pour le clown
- prendre conscience que le clown sera au service de son obsession et de rien d'autre
- préparation physique des joueuses et joueurs
- se mettre au service du clown, et non de l’écriture


Contenu
Nous utiliserons les mêmes outils d'expression des joueuses et joueurs, à savoir le corps, la voix, le mot. La respiration et l'énergie seront notre point d'orgue pour écrire un jeu d'expression et non un jeu de situation.
Nous explorerons la dramaturgie du propos :
En prenant comme point de départ la « gamme autogérée », l'objectif sera de guider une improvisation sur un thème choisi, d'offrir un espace de liberté pour le clown dans les résonances, et lui permettre de s'exprimer et d'écrire dans les retours au présent.
Le propos peut être vu comme une toile d'araignée que le clown tissera à partir d'une obsession centrale qu'il étaillera au fur et à mesure de son improvisation.
Il s'agira de développer une partition de scènes énergétiques et émotionnelles.

Ce stage est à prendre comme un livre qu'on ouvre sur une nouvelle page, une exploration à vivre. L’objectif n’est pas d'élaborer un numéro. C’est une piste ouverte vers une écriture, un champ de possibles pour le clown. Il existe bien d'autres façons d'écrire pour lui. Ces pistes sont celles que j'ai exploré pour écrire mes deux solos.


Il n’y a pas besoin de venir avec des idées d'exploits, ils seront trouvés sur place.


Nous aurons la chance d’explorer sous un chapiteau et d’avoir une seconde salle de travail.