Stage de 9 jours: Le clown, un joueur au présent
Inscriptions: envoyer un mail à cognetrottoirs@gmail.com

Je me suis souvent posé la question si le clown était courageux, insouciant ou inconscient. En fait, il est vivant – Michel Dallaire

Une semaine pour visiter cet état du clown : un voyage pour goûter le présent et déployer cette sensation première de juste se sentir vivre. Un état sans frontières, libéré des contraintes, tensions et jugements.Un état créatif, en prise directe avec la réalité qui l'entoure et l'imaginaire qu'elle éveille en lui. Sur la base des outils développés par Eric Blouet, nous abordons le clown comme un voyageur, un « glaneur de sensations », un monstre d'énergies au cœur du présent.

Trois axes sont développés :

-La première dramaturgie du clown étant le corps, nous irons à sa rencontre à travers ce qui le berce depuis toujours : la respiration.
-Nous déploierons cette conscience du corps par un travail sur les énergies et leurs résonances.
-Nous libérerons l'état créatif du clown grâce à une boîte à outils d'expressions (danse, chant, revendication, confession, écriture automatique...)
Notre cadre de recherche sera libéré du rapport frontal au public, le but étant d'acquérir détente et liberté sur le plateau.

Le stage sera rythmé par des exercices en groupe, en duo, et des passages solos en improvisation.


Stage de 5 jours : Le clown pisteur: conditions et organisation du jeu
Stage ouvert aux débutants comme aux clowns confirmé.e.s.

Inscriptions: envoyer un mail à cognetrottoirs@gmail.com

Ce stage propose de (re)traverser les conditions et le chemin qui font le jeu du clown.
Où naît-il et dans quelles conditions ? Quel est le carburant ? Les accessoires de conduite ? Les outils de contrôle ?
Nous ferons le voyage de A à Z : passer de la conscience de tous-les-jours à la conscience d'acteur, puis à la conscience du clown. Décortiquer la circulation du jeu pour profiter de chaque centimètre du voyage.
La technique, paradoxalement, est une garantie du vivant. Elle permet d'être totalement attentif à l'essentiel : l'éloignement ou le contact avec quelque chose de vrai, de libre et de vivant. Cette conscience est l'intuition du clown.

Nous travaillerons à partir d'expériences sensorielles, d'exercices et d'improvisations, dans un rapport non-productif au travail, où le plaisir d'être au plateau prévaudra sur les injonctions du mental.

PROGRAMME

Être et recevoir Balayer l’idée que nous sommes des créateurs, des inventeurs, des producteurs de sens. Mais plutôt des récepteurs de ce qui nous entoure. Le travail consiste alors à renoncer à faire quelque chose. Faire taire le mental qui parle en idées et en injonctions pour suivre l'intuition.

Conscience, confiance et sensation Accepter l’état de découverte. Puisque rien n’est « calculé », tout peut arriver ! Mais pas n’importe quoi ! Ce « quelque chose » qui va arriver est un cadeau si l’on apprend à en remarquer la qualité. Cette conscience qui remarque est une sensation.

Mobilité, geste et respiration Le souffle en est le véhicule. C’est une matière qui s’organise et se désorganise. C’est en mouvement. Cette dynamique nous intéresse plus qu’un résultat. Il y a peut-être là une clé pour apprendre à écrire le clown, funambule des émotions, « poème sur pattes ».

Composition, couture, écriture A partir de là, le jeu peut se coudre, devenir une architecture, avec ses murs, ses fenêtres, ses fuites. Composer revient à organiser du mouvement et à se régaler des trajets, allers-retours entre la projection et la réception, la fabrication et la vérité, l'intention et le détour.